Accueil du site > Elargir la base du dialogue social > Participation des Femmes au dialogue social

Participation des Femmes au dialogue social

Publié le  vendredi 29 novembre 2013

Strasbourg - 20 novembre 2013

En collaboration avec le réseau « Femmes Zone 4 - Uni Europa », la CNE-JSC a organisé le 20 novembre 2013 à Strasbourg, sa troisième conférence sur le thème « participation des femmes dans le dialogue social ». UNI Europa en Belgique (néerlandophones et francophones), en France et au Luxembourg (UNI-Europe, organisation regroupant des millions de travailleurs issus des services, est partenaire de notre projet depuis le début de l’action).

Le thème central était intitulé « Le dialogue social européen : un plus pour améliorer l’égalité entre femmes et hommes au travail ? >>. Cent dix-sept personnes (dont 90% de femmes) de nombreux pays d’Europe occidentale, centrale et orientale y ont activement participé : Belgique, France, Croatie, Espagne, Grèce, Italie, Luxembourg, Pologne, Royaume-Uni, Suisse.

La conférence fut l’occasion de permettre des exposés fouillés portant sur l’impact de la crise et des politiques économiques depuis 2008 sur l’égalité entre femmes et hommes au sein de l’Union (M. JEPSEN, directrice du département recherche de l’Institut syndical européen et R. SILVERA, maîtresse de conférence à l’Université de Paris-Ouest), établissant des liens avec la politique EU 2020, suivis de débats animés. Le rôle central de la concertation sociale (conventions collectives de travail) dans les progrès de l’égalité des genres a été souligné. Grâce au choix stratégique de la ville accueillant leur événement, les membres de ce réseau purent interpeler certaines parlementaires autour d’une question centrale lors d’une table ronde : « Quel appui de I’UE pour faire avancer le droit des femmes via le dialogue social européen ? >>. Une douzaine de parlementaires y ont rencontré les membres du réseau, parmi lesquels Élisabeth MORIN-CHARTIER, Kathleen VAN BREMPT, Marie-Christine VERGIAT, Mikael GUSTAFSSON (députés d’un panel équilibré de partis européens). Les revendications suivantes ont été abordées :

1.Temps partiel et précarité. Si le temps partiel est imposé, un salaire décent doit être garanti. Les heures complémentaires doivent être rémunérées comme des heures supplémentaires. La RTT collective peut être une solution alternative au temps partiel individualisé. Dans ce cadre, la concertation sociale a un rôle fondamental à jouer.

2.Réduction de l’écart salarial : nécessité de mettre sur pied une analyse salariale avec des indicateurs pertinents et uniformes sur le plan européen, nécessité de négocier des plans d’égalité, de relever les minima salariaux, de créer un salaire minimum européen, etc.

3.Conciliation travail-famille : introduire un congé de paternité de 2 mois rémunéré selon les mêmes critères que le congé de maternité, des équipements collectifs gratuits.

4.Lutter contre les stéréotypes de genre : campagnes publiques de sensibilisation dans les écoles, dans les entreprises, etc.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0